Accueil Voyage la riposte de la pandémie aux États-Unis 

la riposte de la pandémie aux États-Unis 

Le meilleur médecin du pays en matière de maladies infectieuses a proposé un calendrier pour mettre fin à la pandémie COVID-19 cette semaine, disant que si la prochaine campagne de vaccination se déroule bien, nous pourrions aborder l’immunité du troupeau d’ici la fin de l’été et « la normalité qui est proche de ce que nous étions avant » d’ici la fin de 2021.

Anthony Fauci, directeur du National Institute of Allergy and Infectious Diseases, a déclaré mercredi que cette estimation dépend d’un nombre important d’Américains prêts à être inoculés avec l’un des nombreux vaccins à différents stades de développement. Si 75 à 80 % des Américains sont vaccinés dans le cadre de vastes campagnes susceptibles de commencer au deuxième trimestre de l’année prochaine, alors les États-Unis devraient atteindre le seuil d’immunité des troupeaux plusieurs mois plus tard. Si les taux de vaccination sont significativement inférieurs, de 40 à 50 pour cent, a déclaré Fauci, cela pourrait prendre beaucoup de temps pour atteindre ce niveau de protection.

A voir aussi : Activités romantiques à Agen : découvrez les meilleurs spots en amoureux !

« Disons que nous obtenons 75 pour cent, 80 pour cent de la population vacciné », a déclaré Fauci. « Si nous le faisons, si nous le faisons assez efficacement au cours du deuxième trimestre de 2021, d’ici la fin de l’été, c’est-à-dire le troisième trimestre, nous aurons peut-être suffisamment d’immunité de troupeau pour protéger notre société afin qu’à la fin de 2021, nous puissions atteindre un degré de normalité proche à l’endroit où nous étions avant. »

A lire en complément : Copenhague : que faire et visiter à Copenhague ? Le Top 10

Fauci a pris la parole lors d’un événement en ligne intitulé « When Public Health Meins Business » parrainé par la Harvard T.H. Chan School of Public Health et le New England Journal of Medicine. Il a abordé un éventail de sujets allant de la façon dont il gère la frustration à l’égard des personnes qui refusent des mesures de santé publique de base, vitales, à la raison pour laquelle des masques continueront d’être nécessaires même après le début de la vaccination (il n’a pas encore été démontré que les vaccins arrêtent la transmission).

« En tant que responsable de la santé publique… il serait inadmissible de s’éloigner de cela ou de te jeter les mains dans la frustration », a déclaré Fauci. « Ce n’est pas à propos de moi et comment je ressentir ; il s’agit de ce qu’est le problème. Et le problème est énorme… Il suffit de l’aspirer et de continuer. »

Fauci a été présenté par la doyenne de l’école Chan Michelle Williams, qui a déclaré que le niveau de non-respect des mesures de santé publique de base et simples lui fait croire que la nation est devenue engourdie par les maladies et les décès liés au Covid. Cela pourrait être dangereux, dit-elle, si cela se traduit par une réticence à prendre un vaccin. Selon les récentes enquêtes Pew, a-t-elle dit, que les Américains qui disent qu’ils prendraient le vaccin est passé de 51 % en septembre à 60 pour cent en novembre, chiffre qui est néanmoins dangereusement bas si l’objectif est d’atteindre des niveaux suffisamment élevés pour pratiquement arrêter la transmission et mettre fin à la pandémie.

« Sauver des vies est maintenant une course contre la montre. Que chacun d’entre nous fasse ce qu’il faut, dit Williams, « parce que nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre de s’engourdir. »

L’ événement de l’après-midi était le deuxième mercredi à Harvard axé sur le COVID vaccins. Le premier, organisé par le Massachusetts Consortium on Pathogen Readiness (MassCPR) dirigé par l’école de médecine de Harvard, a mis en vedette plusieurs experts sur divers aspects de la pandémie, discutant des essais de vaccins et des efforts de distribution, ainsi que des disparités en matière de santé et des moyens d’atteindre les communautés minoritaires et d’encourager les vaccins acceptation.

« En tant que responsable de la santé publique… il serait inadmissible de s’éloigner de cela ou de te jeter les mains dans la frustration… Il suffit de l’aspirer et de continuer à aller de l’avant. — Anthony Fauci Le NSM Dean George Daley, qui a accueilli l’événement MassCPR, a déclaré que le développement et le déploiement réussi des vaccins COVID-19 montrent « la science, la médecine et la santé publique à leur meilleur », mais a averti que la confiance excessive à l’égard d’un traitement préventif peut être aussi dangereuse que la méfiance.

« La méfiance des vaccins est dangereuse, mais aussi l’excès de confiance », a déclaré Daley. « Nous devons nous méfier des dangers de la pensée magique, de voir les vaccins comme un argent balle. Les vaccins n’offriront pas de solution pendant la nuit. Nous devons tempérer notre optimisme avec une dose de réalité et nous doter de plusieurs mois de prévention des infections et de mesures de distanciation au fur et à mesure de la mise en place des vaccins. »

Les experts ont discuté des nouvelles des effets indésirables du vaccin Pfizer qui avaient été considérés comme extrêmement sûrs. Les autorités britanniques ont recommandé mercredi que les personnes sujettes à des réactions allergiques sévères éviter le traitement, qui est devenu cette semaine le premier approuvé pour la distribution après la conclusion des essais cliniques dans une nation occidentale. Deux travailleurs de la santé britanniques qui ont été inoculés tôt ont développé des réactions allergiques sévères. Mercredi également, le Canada a approuvé la distribution du vaccin, tandis que jeudi, un comité consultatif de la Food and Drug Administration des États-Unis a approuvé le vaccin Pfizer destiné à être distribué aux États-Unis, et son approbation finale devrait bientôt être approuvée.

Fauci et les experts de l’événement MassCPR ont déclaré que des effets secondaires rares et graves comme les réactions allergiques se produisent parfois une fois qu’un vaccin est largement distribué parce qu’il touche beaucoup plus de gens qu’un essai clinique, y compris certains ayant des problèmes de santé ou des profils génétiques qui les rendent sensibles à des réactions graves. C’est pourquoi les vaccins sont surveillés même après leur sortie dans la population générale. C’est aussi en partie la raison pour laquelle les États-Unis soutiennent de multiples efforts de vaccination, dans l’espoir que les effets secondaires rares observés avec un vaccin seront absents avec un autre, a déclaré Fauci.

« Voilà le genre de choses qui se produisent lorsque vous mettez en œuvre de grands programmes de vaccination », a déclaré Fauci. « Vous parlez de millions de personnes qui se font vacciner, de sorte que vous pourriez commencer à voir des effets chez certains qui n’ont peut-être pas été détectés lorsque vous aviez affaire à des milliers de personnes.

Les réactions allergiques n’ont pas incité à recommander d’arrêter les vaccinations, mais plutôt de renforcer la vigilance afin que les personnes sujettes à des réactions allergiques graves ne prennent pas le vaccin ou ne le prennent que avec une aide médicale à proximité en cas de réaction grave.

L’ ancienne commissaire de la Food and Drug Administration Margaret Hamburg, qui a comparu à l’événement MassCPR, a déclaré qu’une question éthique clé qui se pose alors que les États-Unis avanceront vers l’approbation du vaccin sera de savoir s’il faut offrir le vaccin aux personnes inscrites dans le groupe placebo des essais cliniques. D’une part, a-t-elle ajouté, les premiers résultats des essais ont montré que le vaccin était plus efficace que prévu et la vaccination, en particulier chez les personnes à risque élevé, pourrait être souhaitée. Mais d’un autre côté, des questions importantes sur la durée de la protection du vaccin et sur les effets secondaires émergents tardifs pourraient être répondues si l’essai dure les deux années prévues. L’inoculation des personnes dans le groupe placebo de l’essai éliminerait une population non vaccinée par rapport à laquelle comparer les résultats des participants vaccinés.

Relées

Les États-Unis n’ont pas réussi à maîtriser la pandémie, mais la vaccination offre une « chance de réussir la prochaine phase »

Les experts disent que le déploiement en douceur possible bien que très complexe

« Un premier départ formidable »

Barry Bloom de l’école Chan met les nouvelles vaccinales en contexte

Une campagne de relations publiques pour renforcer la confiance dans le vaccin COVID ?

Le refus des sceptiques peut être un obstacle majeur à la fin de la pandémie et à un retour à la normale

Une autre question sans réponse est de savoir si les vaccins, dont les essais ont montré qu’ils empêchent les personnes de tomber gravement malades et de mourir du COVID-19, empêchent également les personnes d’être infectées et, surtout, de transmettre le virus à d’autres. Il pourrait être le , a déclaré Fauci, que même si les vaccins ne préviennent pas l’infection, ils maintiennent les niveaux de virus si bas qu’ils empêchent la transmission. Toutefois, ces questions en suspens sont les raisons pour lesquelles le masquage, l’éloignement et d’autres mesures de santé publique seront nécessaires même pour les personnes qui ont été vaccinées jusqu’à ce que nous sachions les réponses.

« Nous allons nous renseigner à partir des études de suivi », a déclaré Fauci. « Nous ne devrions pas dire que les vaccins sont un substitut aux mesures de santé publique, un complément aux mesures de santé publique. »

Les défis persistants pour l’approvisionnement et la distribution des vaccins à travers le pays

L’approvisionnement en vaccins reste un défi majeur pour les États-Unis, car la demande dépasse largement l’offre. Les responsables de la santé publique ont souligné que les doses devaient être distribuées avec équité et sans discrimination, mais des inquiétudes ont été exprimées quant à savoir si cela est bien suivi dans tous les États.

Certaines préoccupations concernent aussi le manque d’uniformité dans les politiques de distribution des vaccins parmi les différents États. Certains se concentrent sur la vaccination des groupes prioritaires tels que le personnel médical et les personnes âgées, tandis que d’autres étendent rapidement leur programme de vaccination à tout individu qui souhaite se faire vacciner.

Il y a aussi eu une certaine confusion concernant l’éligibilité pour recevoir le vaccin COVID. Chaque État a ses propres critères pour déterminer qui peut être considéré comme prioritaire ou non, ce qui a créé une situation où certains habitants traversent plusieurs États simplement pour pouvoir se faire vacciner en premier.

Le gouvernement fédéral fait face à un autre défi : celui de trouver suffisamment de fournisseurs capables de produire des doses supplémentaires du vaccin COVID. Bien qu’il y ait déjà plusieurs entreprises pharmaceutiques travaillant sur cette question, il reste encore beaucoup à faire avant que ces usines ne soient opérationnelles et prêtes à augmenter massivement leur production.

L’avenir reste incertain quant au succès final contre la pandémie du coronavirus aux États-Unis. Malgré ces défis persistants dans l’approvisionnement et la distribution des vaccins, les responsables de la santé publique restent optimistes quant à l’issue finale. Ils ont réitéré que le respect des protocoles de santé publique était essentiel pour mettre fin à cette pandémie mortelle.

Les leçons à tirer pour l’avenir de la gestion des crises de santé publique aux États-Unis

La pandémie de COVID-19 a révélé des faiblesses dans la gestion de crise de santé publique. Le manque de préparation et les lacunes en matière d’infrastructure ont été mis en évidence, ainsi que le besoin urgent d’une coordination interinstitutionnelle pour une réponse efficace.

L’un des problèmes persistants au cours de la pandémie a été l’absence d’une communication cohérente entre les différents niveaux gouvernementaux. Les États-Unis ont un système fédéral complexe où la prise de décision est partagée entre le gouvernement fédéral et les États individuels. Cette fragmentation s’est avérée être un handicap majeur dans la réponse à cette crise sanitaire.

Il y a eu un certain déni initial quant à l’importance croissante du virus. Cela a conduit à des retards considérables dans l’établissement de mesures préventives appropriées et suffisantes pour arrêter sa propagation.

Certains experts ont souligné que ces défauts ne sont pas nouveaux, mais plutôt symptomatiques des failles plus profondément ancrées dans le système américain. Ces critiques font valoir que si les problèmes sous-jacents ne sont pas traités, il est peu probable que les États-Unis puissent mieux faire face aux futures crises sanitaires.

Ils appellent donc à une restructuration fondamentale du système américain afin qu’il soit mieux équipé pour répondre rapidement aux situations d’urgence similaires à celle-ci. À cet effet, ils recommandent la création d’un système de santé publique plus centralisé et mieux financé pour faire face à ces crises.

Les partisans d’une approche décentralisée mettent en avant que chaque État a des besoins différents et que l’approvisionnement local peut être plus efficace. Il est donc probable qu’il y aura un débat continu sur la meilleure voie à suivre.

Le COVID-19 a mis en exergue une série de problèmes systémiques aux États-Unis qui ne peuvent pas être résolus rapidement. Il est clair que si le pays veut mieux se préparer aux futures crises sanitaires, il doit prendre des mesures significatives dès maintenant.

ARTICLES LIÉS